TRINIA, Rocio Jurado, traduction en français

Au musée de Séville
Juan-Miguel venait tous les jours
pour copier
les merveilles de Murillo et de Raphael.
Et l’après midi,
comme une rose des jardins de l’entrée
Il peignait Trinia
pure et belle comme l’imaculée
et le jeune <chevalillo> disait
pas la peine d’entrer ici
puisque la vierge de Murillo
je l’ai là devant moi
Trinia Trinia
celle de la porte royale
gloire de Nazareth
comme la vierge de la Macarena
à qui on te compare
quelque chose empoisonne ta vie
quelque chose que tu as dans le regard
et qui ne me paraît pas bon
au musée de Séville
un jour maudit, un visiteur
un banquier américain
s’éprit de Trinia
et pour l’éclat de ses diamants,
la Sévilliane finit par céder
et entre les bras de cet amant
s’enfuit d’Espagne la trinia
et devant le cadre vide
le peintre déclara
tu m’as fait un affront
sans toi,
qu’est ce que moi je vais faire?
Artiste rocio jurado azabache mesange noire youtube

Publicités