LA CUMPARCITA, Carlos Gardel, traduction en français

Retrouvailles

Si tu te doutais qu’au fond de mon coeur
je garde la même tendresse
que j ai eue pour toi
qui sait, si tu te doutais
que jamais je ne t ai oubliée
te retournant vers notre passé
tu te soucierais de moi.
Les amis ne viennent plus,
ne continuent pas à me rendre  visite
personne ne cherche à me consoler
de mon chagrin
depuis le jour où tu es partie
je sens l’angoisse dans ma poitrine
dis, qu’as tu fait  de mon pauvre coeur
abandonné au malheur
Pas même le soleil du matin
ne se montre  à la fenêtre
comme quand tu étais des nôtres
même ton petit toutou favori
ne mange plus depuis ton absence
à me voir seul, l’autre jour
lui aussi m abandonne
si tu pouvais te douter

 

VOIR LA VIDEO

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s