ADIOS MUCHACHOS, Carlos Gardel, traduction française

Adieu, les Gars ,compagnons de ma vie
de cette période chérie où j’ai vécu
aujourd’hui je prends la retraite
je dois me séparer de ma bonne amie
et des enfants
je m y résigne. Contre le destin
rien n’est de taille à résister.
Finies pour moi les fêtes
mon corps malade n’arrive plus
à soutenir mes désirs.
Il me vient à l’esprit d’autres temps
des bons moments dont j’ai joui autrefois
entouré de ma mère, cette sainte vieille
et de ma fiancée que j’ai tant adorée
On se souvient comme elle était belle
plus douce que la déesse
du plaisir et de l’amour
c’est mon coeur qui vous le dit
Mais le roi du ciel
me fait tomber en larmes
Dieu est le juge suprême
il n’est rien qui lui résiste
je me soumets à sa loi
et ma vie est détruite par ses volontés
Portez à ma mère et aussi a ma fiancée
les larmes sincères
que je répand en quittant ce bon temps
que je n’oublie jamais
et portez à tous mes amis
l’adieu que je leur dis
de tout mon coeur et avec ma bénédiction.

VOIR LA VIDEO