LA CUMPARCITA, Carlos Gardel, traduction en français

Retrouvailles

Si tu te doutais qu’au fond de mon coeur
je garde la même tendresse
que j ai eue pour toi
qui sait, si tu te doutais
que jamais je ne t ai oubliée
te retournant vers notre passé
tu te soucierais de moi.
Les amis ne viennent plus,
ne continuent pas à me rendre  visite
personne ne cherche à me consoler
de mon chagrin
depuis le jour où tu es partie
je sens l’angoisse dans ma poitrine
dis, qu’as tu fait  de mon pauvre coeur
abandonné au malheur
Pas même le soleil du matin
ne se montre  à la fenêtre
comme quand tu étais des nôtres
même ton petit toutou favori
ne mange plus depuis ton absence
à me voir seul, l’autre jour
lui aussi m abandonne
si tu pouvais te douter

 

VOIR LA VIDEO

ADIOS MUCHACHOS, Carlos Gardel, traduction française

Adieu, les Gars ,compagnons de ma vie
de cette période chérie où j’ai vécu
aujourd’hui je prends la retraite
je dois me séparer de ma bonne amie
et des enfants
je m y résigne. Contre le destin
rien n’est de taille à résister.
Finies pour moi les fêtes
mon corps malade n’arrive plus
à soutenir mes désirs.
Il me vient à l’esprit d’autres temps
des bons moments dont j’ai joui autrefois
entouré de ma mère, cette sainte vieille
et de ma fiancée que j’ai tant adorée
On se souvient comme elle était belle
plus douce que la déesse
du plaisir et de l’amour
c’est mon coeur qui vous le dit
Mais le roi du ciel
me fait tomber en larmes
Dieu est le juge suprême
il n’est rien qui lui résiste
je me soumets à sa loi
et ma vie est détruite par ses volontés
Portez à ma mère et aussi a ma fiancée
les larmes sincères
que je répand en quittant ce bon temps
que je n’oublie jamais
et portez à tous mes amis
l’adieu que je leur dis
de tout mon coeur et avec ma bénédiction.

VOIR LA VIDEO